Publié le

09/12/20

NOUVEAU CONSEIL, NOUVELLES PRATIQUES ?


Assistons-nous à une réelle modification des relations que la nouvelle municipalité de Rives dit vouloir mettre en place avec les rivoises et rivois ?

Il semblerait que oui. Mais il conviendra bien évidemment d’en mesurer les faits et effets sur la durée du mandat.

C’est lors des premiers conseils municipaux que l’on a pu constater des différences. La situation financière réelle de la commune y a été largement évoquée et développée.

Mais pouvait-il en être autrement pour une nouvelle équipe municipale qui découvre l’ampleur de la situation et qui va devoir gérer la pénurie ?

Il était pourtant clair que toutes les ventes récentes tels que, maison abritant la Croix Rouge rue Sadi Carnot, « maison de gardien » de l’Orgère située rue Jean-Jaurès, et bien sûr le « Château » de l’Orgère, vente sur laquelle nous reviendrons prochainement, n’avaient qu’un seul objectif : boucher les trous d’une très mauvaise situation financière de la commune.

On aurait donc pu penser que les membres des deux listes qui ont fusionnés entre les deux tours des municipales savaient où elles mettraient les pieds en cas de victoire. Certes des critiques avaient été avancées mais dans un cadre assez général. L’opposition d’alors ne semblait pas vouloir aller chercher dans les détails.

La surprise est donc sincère, mais c’est dommage de ne pas avoir pu tirer le signal d’alarme avant la catastrophe faute d’un travail conséquent sur les finances locales.

Les élus, y compris de l’opposition, ont accès aux comptes puisqu’ils les votent chaque année. Et il leur est toujours loisible de les faire étudier par des cabinets d’experts comme de rencontrer le trésorier publique en charge de la commune.

Pour ce qui est de la transparence elle est aujourd’hui largement revendiquée. Ce qui change radicalement de l’ancien Maire… Et elle a été mise en œuvre, il est possible d’en témoigner.

Ainsi il a été possible d’obtenir très rapidement l’acte de vente du « Château » de l’Orgère, alors même qu’une action en annulation de la délibération municipale en ayant acté le principe est en cours devant le Tribunal Administratif.

Ce qui a du reste permis d’engager un nouveau recours en annulation de la vente.

Quant aux documents concernant des études sur la Taxe Locale sur la Publicité Extérieure et la Rapport sur la Fiscalité Locale, objets de remarques par la Chambre Régionale des Comptes dans leur rapport de fin 2016, ils ont enfin été fournis après une procédure qui a duré plus de trois ans et un refus par abstention du Maire précédent.

Si les élus ont réellement conscience d’être mandatés par les rivoises et rivois pour gérer la commune dans l’intérêt collectif, si ils ont la volonté de prendre toutes décisions dans une transparence totale et de répondre aux demandes d’information des citoyennes et citoyens qu’ils ne font que représenter par la délégation qu’elles et ils leur ont donné, alors nous seront en démocratie ainsi que les règles Républicaines établies par la Constitution l’ont établie.

Rien que de normal, mais l’exception semblait de règle.

A vous de jouer mesdames et messieurs, nous resterons attentifs et vigilants.

Philippe Kochert