Publié le

03/03/16

PLU Intercommunal (suite) – Je t’aime… moi non plus


Depuis maintenant plus de 20 ans tous les Rivois et Rivoises avaient pu constater une relation quasi filiale entre Alain Dezempte, maire, et Jérôme Barbieri qui a toujours été adjoint et aujourd’hui le premier d’entre eux en charge des finances.

Bien que n’habitant plus la commune depuis plusieurs années (il peut y être encore élu en étant propriétaire d’un appartement qu’il loue), son omniprésence à Rives et son poids, apparent, au sein du Conseil Municipal sont une réalité.

Tout allait donc bien entre nos deux amis, jusqu’à ce que….

Ce fut lors du Conseil Municipal du 10 septembre 2015…
Le premier point abordé était la prise de décision quant à la proposition de création d’un Plan Local d’Urbanisme Intercommunal.
Jérôme Barbieri, absent, a donné procuration à son ami Alain Dezempte…

Et là que lit-on dans le compte rendu : Sur sa demande dans sa procuration, Monsieur Jérôme Barbieri ne prend pas part au vote.

Mais que se passe-t-il donc ? Surtout qu’il a bel et bien voté toutes les autres décisions.

Alors pourquoi pas celle-ci ???

Aucune explication n’est donnée et visiblement personne n’en a demandé, pas même l’opposition. Ni à ce conseil ni aux suivants.

On peut donc penser que si une explication de ce refus a été donnée ce fut lors du Conseil Municipal « Privé », et donc illégal !, du 17 juin.
Ce grand « moment fort de la démocratie local» auquel le Maire voudrait nous faire croire (voir article précédent).

Mais pour nous, simples citoyens au nom de qui sont quand même prises les décisions, il s’avère que ni Jérôme Barbieri, ni Alain Dezempte, ni aucun élu ne considère devoir nous donner les raisons de cette divergence de point de vue.

Car ce refus de prendre part au vote est le signe évident d’un désaccord sur la mise en œuvre, ou non, d’un Plan Local d’Urbanisme Intercommunal.
La majorité, entraînée par le Maire, l’ayant refusé, alors que l’opposition soutenait le projet, il eut été difficile pour le premier adjoint de voter avec l’opposition.

Ce désaccord a donc été masqué par une absence au Conseil, mais mis au jour par ce refus de participation au vote.

Le Maire en a viré pour moins que ça. Mais là, silence…

Alors Jérôme Barbieri, nous expliquer cette posture ce serait là un « moment fort de démocratie locale » qui ferait plaisir et pas seulement au Maire !

Chiche ?

PhK