Publié le

05/03/18

LINKY – Lettre ouverte aux élus de Rives


DEMOCRATIE – CITOYENNETE – ENVIRONNEMENT

Lettre ouverte aux élus de Rives

A PROPOS DE l’INSTALLATION DES COMPTEURS ELECTRIQUES

LINKY

Mesdames, Messieurs

Nous vous demandons de prendre, par délibération du prochain Conseil Municipal, la décision d’interdire l’installation des compteurs d’électricité dénommés LINKY.

Nous estimons que ces compteurs posent de multiples problèmes et que leur installation forcée ne se justifie pas, bien au contraire.

En matière de santé publique : Afin d’effectuer toutes les opérations pour lesquelles ces compteurs sont conçus, ceux-ci émettent des ondes électromagnétiques par l’utilisation d’un Courant Porteur en Ligne (CPL) sur l’ensemble du réseau électrique privatif de l’abonné.

Lequel réseau n’est pas « blindé ». De ce fait ces ondes émises sans protection peuvent être nocives pour tous les habitants, et notamment les enfants dont la sensibilité est plus grande.

Aucune étude scientifique n’a démontré la non-dangerosité de ces ondes électromagnétique sur l’organisme humain, à court, à moyen et surtout à long terme. Par contre des personnes en ont subi les conséquences de manière attestée.

Aucune compagnie d’assurance ne souhaite couvrir ces risques éventuels !

Le PRINCIPE DE PRECAUTION doit donc prévaloir.

En matière de sécurité : Les risques électriques sont les premières causes d’incendie dans l’habitation. Déjà, alors que l’installation de ces compteurs est très récente, plusieurs compteurs ont déclenché des incendies. Sans victime à ce jour et souhaitons le, jamais.

Par contre certains équipements électriques et électroniques ont été détériorés du fait de surtension. ENEDIS, installateur, se dégage de toute responsabilité !

La fiabilité de ces compteurs n’est pas actuellement garantie.

Le PRINCIPE DE PRECAUTION doit donc prévaloir.

Un surcoût de facturation : Si EDF n’en dit rien explicitement, la Cour des Comptes a relevé une facturation différée du coût des compteurs et de leur installation qui reviendra, à ce jour, à 5,7 milliards d’euro minimum, soit 130 € par compteur à ce jour. Somme non garantie dans le temps

Les consommateurs seront amenés à payer cette somme à un taux d’intérêt calculé à 4,6% pour eux, alors que ENEDIS, filiale d’EDF a emprunté à 0,77% avec remboursement différé (Cf. Rapport récent de la Cour des Comptes du 07/02/2018)

La Cour des Comptes relève donc que le système mis en place est très avantageux pour ENEDIS, et coûteux pour le consommateur.

Une durée de vie courte : Annoncée pour 15 ans (durée contestée à 5/7ans), alors que les compteurs actuels, de la précédente génération, peuvent avoir une durée de vie de près de 60/70 ans.

De ce fait, le consommateur sera appelé à payer, rapidement, les futures générations de LINKY. Mais pour quel montant et dans quel intérêt pour lui ?

Et une fois accepté le principe du remplacement de tous les compteurs à l’initiative d’EDF et de sa filiale ENEDIS, pourquoi attendre de 5 à 15 ans si l’avancée technologique permet des gains complémentaires par de meilleures informations recueillies ?

Une intrusion dans la vie privée marchandisée : La finalité de ces compteurs, dits communicants, est essentiellement de pouvoir recueillir un maximum d’information sur le comportement des usagers en matière de consommation électrique.

Avec le CPL, il est possible de savoir quels sont les appareils électriques qui sont allumés, à quel moment de la journée, par des relevés qui sont effectués toutes les demi-heures, alors que la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) n’a autorisé que toutes les heures.

On voit déjà très bien le projet qui consiste à récupérer un maximum d’informations et le plus précisément possible.

A terme les relevés risquent d’être de plus en plus fréquents, afin que l’information revendue à des groupes de diffusion de produits industriels, alimentaires et autres soit précise et donc vendue de plus en plus cher.

Actuellement un fichier de donnée par compteur est estimé en valeur marchande à 600 € ! A multiplier par 37 millions de compteurs

N’oublions pas qu’EDF est très endettée, notamment par le programme nucléaire avec le démentèlement des centrales en fin de vie. Mais aussi avec les EPR en France et à l’étranger qui ont un retard faramineux, avec des défauts de fabrication mettant en péril et le projet et les finances d’EDF !

En conclusion :

Compte tenu de tout ce qui précède, et du fait que la commune est propriétaire des compteurs électriques installés sur le territoire communal, comme les textes le prévoient et notamment l’article L322-4 du Code de l’Energie, nous demandons au Conseil Municipal de Rives de délibérer de manière à interdire le retrait des compteurs en fonctionnement et de ce fait interdire l’installation des compteurs LINKY par ENEDIS, filiale d’EDF, sur la base de tous éléments le justifiant.

Rives le 05 mars 2018